04 76 77 43 03

Nous vous proposerons un devis adapté Nous effectuons ensuite les remplacements ou modifications nécessaires au niveau du tableau électrique, des circuits de distribution, des disjoncteurs, et de tout autre équipement.

La différence entre un interrupteur et un disjoncteur différentiel?

Un interrupteur différentiel remplit deux fonctions :

  • une fonction manuelle de commande (mise en ou hors service de la partie d’installation à l’origine de laquelle il est placé) ;
  • une fonction automatique de protection des personnes (fonction différentielle).

En plus des fonctions de l’interrupteur, un disjoncteur différentiel protège les canalisations ( l’ installation ) contre les surintensités (surcharges et court-circuits).

Un exemple des anomalies que nous constatons régulièrement sur un tableau

Le courant qui traverse un interrupteur différentiel doit être inférieur ou égal à son calibre. Si ce n’est pas le cas, l’interrupteur risque de s’échauffer anormalement, et de provoquer un début d’incendie. Depuis le 1er septembre 2011,la norme XP C 16-600 distingue ceci.

Plus d’infos :   https://confort-electrique.com/contenu/uploads/2017/02/FFIE-Guide-Mise_en_Securite.pdf

Les 6 points à vérifier sur une installation selon les règles de la norme XP C-16-600

La mise en sécurité d’une installation électrique comporte 6 exigences décrites par Promotelec dans le guide « Installations électriques des logements existants » :

1- Présence d’un appareil général de commande il doit permettre la coupure de l’alimentation de l’installation électrique. Le plus souvent il s’agit du disjoncteur de branchement ENEDIS .
2- Présence, d’au moins un dispositif différentiel de sensibilité appropriée aux conditions de mise à la terre .en général il s’agit d’un 30mA).
3- Présence, sur chaque circuit, d’un dispositif de protection contre les surintensités adapté à la section des conducteurs (Les disjoncteurs et les fusibles protègent les conducteurs électriques de l’installation des échauffements anormaux du fait de surcharges ou de court-circuit).
4- Présence d’une liaison équipotentielle et respect des règles liées aux zones dans chaque local contenant une baignoire ou une douche.limiter les équipements électrique au voisinage de la baignoire / douche et relier entre eux les éléments métalliques accessibles).
5- Absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension pouvant entrainer l’électrocution et suppression de tout matériel vétuste inadapté à l’usage (Des appareillages : prises de courant, interrupteurs… récents.
6- Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante (Les fils doivent être mis sous conduits, plinthes, moulures en matière isolante pour éviter leur dégradation).

Appareil général de commande et de protection : que faire en cas d’anomalie ?

Une installation électrique défectueuse peut être le fait d’anomalies liées à l’appareil général de commande de protection (AGCP). Comment s’y prendre lorsque vous constatez un risque sur une installation ? Promotelec vous guide selon les situations pour garantir la sécurité de l’installation et la qualité de votre intervention.

La présence d’un appareil général de commande et de protection, ou disjoncteur de branchement, fait partie des six points de sécurité règlementaire vérifiés lors du diagnostic électrique obligatoire d’un logement.
L’AGCP permet de couper facilement en un lieu unique l’alimentation de toute l’installation électrique, en cas de danger ou d’intervention sur l’installation. L’appareil est de fait essentiel à la mise en sécurité d’une installation électrique.

Que doit-on relier à la liaison équipotentielle de la salle d’eau/salle de bain ?

Une liaison équipotentielle supplémentaire doit relier tous les éléments conducteurs et toutes les masses du local. Pour les emplacements (par exemple une douche extérieure), la liaison équipotentielle est limitée aux volumes 0, 1, 2 et au volume caché.

Tous les éléments suivants sont à relier à la LES.

  • les canalisations métalliques telles que canalisations d’€eau chaude, d’eau froide, de vidange, de gaz sortant du local ;
  • les corps de baignoire ou les receveurs de douche métalliques (le choix de la baignoire ou du receveur devra être réalisé afin de permettre la connexion de la LES sans dégradation des matériaux constitutifs au moment de la connexion) ;
  • l’une des canalisations d’arrivée ou de départ de radiateurs de chauffage central intégrant ou non un élément de chauffage électrique quelle que soit sa classe (tels que sèches-serviettes à mode de chauffage mixte) ;
  • les parties fixes des huisseries métalliques des portes, des fenêtres et des baies si elles peuvent se trouver en contact d’€éléments métalliques de la construction (tels qu’€armatures du béton) ;
  • les grillages métalliques dans le cas des éléments chauffants noyés dans le sol.L’importance de l’adéquation entre le calibre de la protection et la section des conducteurs du circuitDans la norme XP C16-600 en vigueur depuis le 1er septembre 2011, l’exigence B.4.3 e) précise que le courant assigné d’un dispositif de protection contre les surintensités, placé à l’origine d’un circuit, doit être adapté à la plus petite section des conducteurs de ce circuit (phase ou neutre), conformément au tableau B.4 dela norme. Dans ce tableau B.4, plus la section d’un conducteur d’un circuit est faible, plus le courant qu’il peut « accepter » sans s’échauffer anormalement l’est également, et donc plus faible est le calibre maximal autorisé pour le dispositif de protection correspondant.
  • Absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension
  • Absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension pouvant entrainer l’électrocution et de tout matériel vétuste ou inadapté à l’usage (Des appareillages : prises de courant, interrupteurs… récents évitent tout risque d’électrisation voire d’électrocution). Conducteurs protégés par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante (Les fils doivent être mis sous conduits, plinthes, moulures en matière isolante pour éviter leur dégradation).

Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous procurer l’ouvrage Promotelec : « Installations électriques des bâtiments d’habitation neufs » de la nouvelle collection « L’Officiel de l’électricité » ou notre « Zoom sur… Équipement électrique des locaux contenant une baignoire ou une douche ».

POUR EN SAVOIR PLUS /  https://particuliers.promotelec.com/fiche-habitat/comment-savoir-si-votre-installation-electrique-est-en-securite-6-points-a-verifier/

Faites confiance à Armelec en Isère (38) pour rénover votre installation électrique. Nous mettons en place des équipements modernes et conformes aux normes actuelles.